photo fruit.png

BIENVENUE CHEZ L'AGADIR DE LA FERTÉ

 

QUI SOMMES-NOUS

Là où tout a commencé

D’abord présentons-nous : nous sommes Habiba et Salah Ben Moussa. Nés dans la région du Souss au Maroc, nous avions le projet de commercialiser des produits de commerce équitable issus de coopératives de nos villages d’origine, Amtoudi et Talilit (Maroc).

Ces aliments sont produits à partir d'ingrédients cultivés ou ramassés sans produits de synthèse et sans OGM. Il ne contiennent ni exhausteurs de goût, ni colorants, ni arômes chimiques, ni additifs.

Aujourd’hui, c’est chose faite. Nous nous sommes lancés dans le projet d’ouvrir L’AGADIR DE LA FERTE. Et nous sommes heureux de vous annoncer que nous avons créé une boutique au 5 de la place de l'Hôtel de ville à La Ferté-sous-Jouarre.

 

Le magasin d' Papa

Primeur éthique, l'Agadir de la Ferté est ouvert 7 jours sur 7. Nous vous garantissons une fraîcheur et une qualité de produits excellentes et des prix compétitifs. Nous promouvons une coopérative de femmes du Sud-Maroc en commercialisant leurs produits artisanaux : huile d'argan et d'olive de première pression à froid, amlou, miels.....

Nous livrons à domicile des produits frais et goûteux. Il vous suffit de commander sur le site Fb de l'Agadir de la Ferté ou bien par SMS au 06 59 87 41 59. Laissez votre commande et vos coordonnées et nous vous rappellerons dans la journée.

Conditions de livraison à la Ferté/sous/Jouarre :

- minimun de commande : 70.00 euros d'achat

- livraison offerte.

Livraison dans un rayon de 15 km autour de la Ferté/sous/Jouarre

- minimum de commande : 70.00 euros

- les frais de livraison sont calculés selon la distance (environ 15 euros).

Nous acceptons les règlements par chèque.

 

LES PRODUITS QUE VOUS ALLEZ ADORER

Jetez un œil

 

L'HUILE D'ARGAN

Tout savoir sur l’huile d’argan

Bien avant que l’huile d’argan ne devienne un produit de luxe et tendance, ce fut une des plus grandes richesses naturelles du territoire du sud ouest marocain. Née d’un savoir-faire local ancestral, la production d’Argan constitue un pilier de l’économie rurale régionale.

L’huile d’argan est souvent la seule source de revenu pour la femme rurale : la préparation d’huile d’Argan est en effet le domaine réservé des femmes depuis des siècles. Les productrices préfèrent aujourd’hui s’unir dans le cadre de coopératives afin d’être mieux organisées : la production d’huile d’argan est devenu un véritable enjeu pour le développement économique et social de la femme rurale.

L’huile d’argan est la dénomination traditionnelle en amazigh de l’huile naturelle issue exclusivement des amandons des fruits de l’arganier. L’huile d’argan est destinée notamment à usage alimentaire ou cosmétique.

Elle est produite de la pression des amandons selon deux procédés, l’un traditionnel et totalement manuel, l’autre, semi-mécanisé, qui s’est développé depuis quelques années chez certaines coopératives féminines.

L’AGADIR DE LA FERTE commercialise l’huile d’argan semi-mécanisée issue de la coopérative de femmes du moyen Atlas, et l’huile d’argan produite artisanalement par les femmes des villages de Talilit et d’Amtoudi, pressée au moyen l’« AZERG », la meule en pierre ancestrale.

L’huile d’argan est utilisée traditionnellement comme produit alimentaire et cosmétique.

En cosmétique :

Grâce à sa haute teneur en vitamine E, l’huile d’argan redynamise la peau, l’hydrate, et agit ainsi contre le vieillissement de la peau. En soin de nuit, pour tous types de peau, l’huile d’argan régénère la peau durant le sommeil et lutte contre le vieillissement cutané.

Nourrissant et revitalisant le cuir chevelu, l’huile d’argan apporte de la brillance aux cheveux tout en leur redonnant leur douceur naturelle et soyeuse.

L’huile d’argan est aussi recommandée pour les soins des ongles cassants et dédoublés qu’elle fortifie et protège contre les agressions extérieures.

En cuisine :

L’huile d’argan donne un velouté en bouche très doux. L’huile d’argan est utilisée pour agrémenter les tajines, couscous, salades, tomates grillées, poivrons grillés... Elle parfumera vos yaourts ou vos crêpes.

Elle est la principale composante d’une recette emblématique du Souss : l’AMLOU.

LES MIELS DE L'AGADIR

Le miel d’euphorbe est un miel rare très prisé. Il est produit dans le Souss. Ce  miel est issu des fleurs de l’euphorbe, une plante succulente origine du Maroc.

Le miel de Thym  est un miel exceptionnel, le plus réputé au Maroc. De couleur ambré, presque orange, il devient plus pâle lorsqu’il passe à l’état cristallisé. Son goût subtil de plante de thym lui procure une saveur affirmée. La floraison du Thym se fait aux mois de juin et juillet et le miel se récolte vers fin juillet et en août.

Le miel de Jujubier est un miel réputé. Traditionnellement récolté au Yémen depuis l’antiquité, il a été introduit récemment au Maroc. Tout comme l’arganier, il lui faut un biotope semi-aride tel que la région du souss ou il s’est très bien acclimaté. Il provient d’un arbuste épineux, le jujubier, qui donne un petit fruit d’aspect rougeâtre, le jujube, à forte teneur en vitamine C. Les abeilles butinent le précieux nectar de la fleur de jujubier au mois de novembre et ce miel est récolté en fin d’année.

L'apiculture marocaine a un rôle socio-économique important. La production de miel permet notamment de lutter efficacement contre la pauvreté. L'AGADIR DE LA FERTE a choisi de soutenir cette activité ancestrale, en s’approvisionnant dans une coopérative de femmes du Sud marocain dans une démarche équitable et responsable.

AMLOU, LA PÂTE À TARTINER BERBÈRE

Avis aux gourmands !

Qu’est ce que c’est l’amlou ?

C’est une préparation culinaire originaire de la région du Sud-Ouest du Maroc. Il s’agit d’une pâte lisse aux amandes torréfiées et broyées avec de l’huile d’argan et légèrement sucrée au miel. Elle se fait traditionnellement avec une pierre qui broie les amandes très finement (le broyage à la pierre donne un amlou incomparable).

L’huile d’argan est extraite de la noix qui pousse sur les arganiers puis torréfiée.

Le miel est élaboré majoritairement dans le sud du Maroc. Dans l’amlou, c’est l’élément qui vient donner une note sucrée à la préparation.

L’amandier est le deuxième arbre fruitier, après l’olivier, qui occupe la plus grande superficie cultivée au Maroc. Les amandiers de notre amlou ont poussé dans nos montagnes, puis broyées dans l’azerg, la meule en pierre traditionnelle. Une merveille de goût et de saveur !

Le résultat est absolument délicieux. L’huile d’argan donne un velouté en bouche très doux et la touche de miel est là pour sucrer.

Consommé au petit-déjeuner ou au goûter, on étale l’amlou traditionnellement sur du pain d’orge, de maïs ou de blé. Il parfumera délicatement vos crêpes et vos yaourts. Il accompagne aussi toutes sortes de pâtisseries.

DANS LA PRESSE

UN NOUVEAU PRIMEUR À LA FERTÉ-SOUS-JOUARRE

UN NOUVEAU PRIMEUR AU 5 PLACE DE L'HÔTEL DE VILLE À LA FERTÉ-SOUS-JOUARRE !

DEPUIS LA FERTÉ-SOUS-JOUARRE, IL PARTICIPE À L’ÉMANCIPATION DES BERBÈRES MAROCAINES

25682-200211094424271-0-854x569.jpg
 

HORAIRES D'OUVERTURE

Venez nous rencontrer

lundi de 14 h à 20 h
mardi de 9 h à 12h et de 14 h à 20 h
mercredi de 9 h à 12h et de 14 h à 20 h
jeudi de 9 h à 12h et de 14 h à 20 h
vendredi de 9 h à 12 h et de 15 h30 à 20h
samedi de 9 h à 12 h et de 14 h à 20 h
dimanche de 9 h à 15 h 30.

 
 

NOS RENCONTRES

Fatima-Zahra Adriouche, présidente de l'association "les mains d'or"

La femme est l'avenir du Maroc !

Fatima-Zahra, co-fondatrice de la coopérative « les mains d’or » , أيدي الذهب et entrepreneure passionnée revient sur son parcours de présidente et sur la place de la femme dirigeante d’entreprise au Maroc.


Quels sont les obstacles qui continuent de se dresser face aux femmes qui veulent entreprendre ?

Fatima-Zahra : Les femmes ne sont pas suffisamment nombreuses à entreprendre puisqu'elles ne sont que 10% à la tête des entreprises du secteur formel, 15,3 % exercent en qualité de travailleur indépendant, et sont 4,2% du total des entreprises de moins de 20 salariés dans le milieu urbain. Des chiffres qui ne sont pas à la hauteur de nos femmes marocaines si actives !


Quels freins à l'entrepreneuriat ou à l'évolution professionnelle avez-vous vécus ou constatés ?


Fatima-Zahra : Il m'a peut-être fallu à certains moments plus de force ou de combativité. Mais je ne me suis jamais limitée à un périmètre étriqué, j'ai toujours eu envie d'en faire plus, d'exprimer mes points de vue.


Les femmes ont parfois la réputation d'être moins ambitieuses…


Fatima-Zahra : Je pense que certaines femmes manquent sans doute de confiance en elles et qu'elles n'osent pas exprimer suffisamment leurs capacités. Les choses bougent au Maroc : les jeunes diplômées n’hésitent maintenant à réaliser leur projet professionnel. Et les ministères organisent de nombreuses formations dans tout le royaume et les incitent à le faire. La clé de la réussite est de ne pas avoir de parcours préétabli en tête, et de laisser la porte ouverte aux opportunités qui s'offrent, y compris dans d'autres domaines que ceux qui paraissent écrits d'avance.

Cultiver ses réseaux, c'est essentiel ?


Fatima-Zahra : Les réseaux féminins sont assez traditionnels au Maroc bien les femmes ont eu d'abord tendance à arbitrer davantage leur temps en faveur de leur vie familiale, plutôt qu'en faveur de leurs communautés. Les hommes ont au contraire toujours eu cette culture des réseaux, qui vous assurent d'avoir les niveaux de contacts adaptés pour faire avancer vos projets.

Vous êtes la co-fondatrice de la coopérative « les mains d’or ». Quel a été votre parcours ? Qu’est-ce qui vous a fait franchir le pas de la création d’entreprise ?


Fatima-Zahra : J’ai eu la chance de grandir dans une arganeraie et de connaître les joies et les peines des femmes du monde rural. Avec le recul et en y pensant, j’y retrouve une ressource de convictions et d’engagements assez proches de celles des entrepreneurs.

La création de la coopérative « les mains d’or » est à la fois l’agrégation des enseignements du passé transmise par ces femmes, et surtout la preuve qu’à force de travail, de volonté et de collaboration, l’aventure est loin d’être terminée.

Avez-vous constaté une évolution dans l’entreprenariat féminin ces dernières années ?

Fatima-Zahra : Moins de femmes à la tête d’entreprise à caractère social ou éducatifs et un investissement des filles dans la gestion et l’entreprenariat, même s’il reste encore de nombreuses étapes à franchir pour faire changer le paysage et le rééquilibrer en leur faveur.

La parité dans le monde professionnel n'est-elle qu'un doux rêve ?

Fatima-Zahra : La parité est encore très loin d'être de mise dans les jeunes entreprises marocaines.

Qu’est-ce qui pousse une femme à fonder leur entreprise?

Fatima-Zahra : Les femmes sont toujours plus nombreuses à fonder leur entreprise. Un fait qui traduit leur besoin de travailler dans un univers qui permet d'allier carrière et vie de famille.

Les femmes sont de plus en plus nombreuses à choisir la voie de l’indépendance et de l’autonomie. Elles font aussi pour réaliser un projet personnel.

Le pourcentage de femmes impliquées dans la création d’une entreprise étant en nette hausse depuis dix ans..les femmes impliquées dans la création d’entreprises le font non pas uniquement par nécessité financière comme on pourrait le croire, mais plus par désir d'indépendance et d'autonomie.

Qu’est-ce qui pousse les femmes à franchir le pas ?

Fatima-Zahra : Créer son entreprise permet aux femmes d’avoir une flexibilité de travail suffisante pour mener de front vie de mère et vie de femme d’affaires.

Propos recueillis par Nadine Ben Moussa

 

NOS RENCONTRES

Christophe Rossignol

Nous avons rencontré Christophe Rossignol le jour de l'ouverture du magasin. Depuis près d’un siècle, sa famille exploite un domaine à Saint-Cyr-Morin (au nord de la Seine-et-Marne).
Christophe Rossignol a reconverti une parcelle en exploitation maraîchère et verger bio. Son verger fait 15ha de variétés locales. Il s'agit d'un verger de conservation (25 vieilles variétés). Christophe Rossignol s’est lancé par ailleurs dans la diversification avec de l’huile de colza, tournesol, chanvre et soja.
Un de nos objectifs est de nous approvisionner localement aussi bien en agriculture bio que raisonnée. Christophe Rossignol bénéficie de la marque « Produit en Île-de-France ». En travaillant avec Monsieur Rossignol, nous privilégions un retour vers les circuits courts.
Et bientôt le jus nouveau de pomme bio de l'EARL Rossignol Charnesseuil sera commercialisé à l'Agadir !

 

NOS RENCONTRES

WHAT THE FOOD

What the Food est une association qui interroge nos modes d’alimentation à travers la restauration collective et veut revaloriser la nourriture dans une démarche plus résiliente.

L'association « What The Food ! » vient d'éditer sa première carte des terres Nourricières de Paris et d'Ile de France

Elles valorisent les projets agricoles locaux respectueux de l'environnement, fonctionnant en circuit court ou ayant un engagement citoyen. Vous y trouverez des AMAPs, jardins partagés, jardins pédagogiques et d'insertion, agriculteurs et éleveur bio ou encore des cueillettes et ventes sur site.

What The Food ! souhaite diffuser cette carte dans l'ensemble des écoles d'Ile de France. 

Vous souhaitez retrouver le lien entre alimentation et agriculture, pour renouer avec le goût et nos rapports sociaux  ?

Contribuez ! Acquérez la grande carte.

Votre achat facilitera la prise en charge de la diffusion dans les écoles. publiques.

 

NOS RENCONTRES

TERRES DE LIENS

Terre de Liens est né en 2003 de la convergence de plusieurs mouvements liant l’éducation populaire, l’agriculture biologique et biodynamique, la finance éthique, l’économie solidaire et le développement rural.

Pour permettre à des citoyens et des paysans de se mobiliser et d’agir sur le terrain, le mouvement a inventé de nouveaux outils de travail capables d’enrayer la disparition des terres et de faciliter l’accès au foncier agricole pour de nouvelles installations paysannes. Ces outils sont à la portée de tous, de sorte que chacun puisse s’impliquer de façon effective dans l’avenir de nos fermes et de notre agriculture.

L’originalité de Terre de Liens vient d’une triple articulation :

 - Un réseau associatif mobilisé partout en France : il accueille et accompagne les paysans pour leur accès à la terre, informe et rassemble le public autour des enjeux fonciers et agricoles, et ancre le projet Terre de Liens dans une dynamique citoyenne et locale.
 - La Foncière, entreprise d’investissement solidaire ouverte aux citoyens, permet à chacun de placer son épargne dans un projet à haute valeur sociale et écologique. Le capital accumulé sert à acheter des fermes pour y implanter des activités agri-rurales diversifiées. La Foncière loue ces fermes à des paysans engagés dans une agriculture de proximité, biologique et à taille humaine.
 - La Fondation, reconnue d’utilité publique, est habilitée à recevoir des legs et donations de fermes. Elle achète aussi des terres qui risquent de perdre leur usage agricole. Dans tous les cas, la Fondation garantit sur ces terres des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement à très long terme. Terre de Liens participe ainsi à la relève agricole et facilite la transmission intergénérationnelle en installant de nouveaux paysans.

 

CONTACT

5 Place de l'Hôtel de Ville, 77260 La Ferté-sous-Jouarre

0986600753

 
 

0986600753

©2019 par L'Agadir de la Ferté. Créé avec Wix.com